Le besoin d’un programme de diet pour les personnes à faible revenu demeure, mais les fonds provenant de la pandémie du Manitoba sont sur le level de se tarir.

Un programme alimentaire conçu pour aider les Manitobains à faible revenu à traverser la pandémie est sur le point de se terminer, bien que des groupes communautaires affirment que le besoin de tels programmes demeure.

Le financement provincial du programme de nutrition et d’apprentissage à domicile, annoncé pour la première fois en juin 2020, doit prendre fin le 30 juin. Les organisateurs communautaires disent que cela laisse les bénéficiaires du programme alimentaire dans une position précaire.

“Nous sommes dévastés”, a déclaré Marion McKenzie, directrice des opérations au Ma Mawi Wi Chi Itata Centre à Winnipeg. “Nous comprenons, mais nous sommes toujours dévastés par notre communauté qui a encore besoin de ce programme pour survivre.

Le centre Ma Mawi Wi Chi Itata et le Bon Samaritain de Brandon ont fourni des paniers de nourriture de base dans le cadre du programme aux membres de la communauté pendant la pandémie.

McKenzie a déclaré que le programme pandémique signifiait que les familles recevaient des fruits frais, des légumes, du lait et plus encore chaque semaine, ce qui faisait une grande différence – grâce aux services de livraison et de ramassage.

Alors que les restrictions de la pandémie ont disparu, le besoin demeure et a même augmenté dans un contexte de hausse de l’inflation, a déclaré McKenzie.

“À tout le moins, cette pandémie a amplifié – amplifié – les besoins de notre communauté en nourriture et en revenus”, a déclaré McKenzie.

“Ils luttent toujours, ils n’ont pas assez d’argent pour couvrir la hausse des prix de la nourriture en ce moment et certaines familles craignent toujours de quitter leur maison. … Le COVID n’est pas terminé.”

Barbara McNish a pris la direction générale des Samaritan House Ministries de Brandon en avril 2020. McNish affirme que le programme de nutrition financé par la province n’a jamais été conçu pour durer, même si elle convient que le besoin de tels services a augmenté au fil des ans en raison de l’augmentation des coûts. . (Riley Laychuk/CBC)

Barbara McNish, directrice exécutive de la banque alimentaire Samaritan House Ministries basée à Brandon, a déclaré que le financement du programme devrait expirer n’est pas une surprise.

Elle a déclaré que le financement était en partie destiné à aider les familles à accéder aux aliments nutritifs que leurs enfants recevraient normalement dans les écoles, qui ont été fermées pendant la pandémie.

McNish a déclaré qu’il pensait que certains programmes de nutrition reprendraient le travail dans les écoles, comme le programme de petit-déjeuner et de collations Food for Thought pour enfants.

Mais elle a dit qu’au cours des 35 années écoulées depuis l’ouverture de Samaritan House, le besoin d’essentiels a augmenté.

demande croissante

McNish a dit conceptuellement que les banques alimentaires ont été conçues à l’origine comme un moyen provisoire de fournir de la nourriture aux familles pendant de courtes périodes. Maintenant, ils sont devenus une bouée de sauvetage.

“Malheureusement, le besoin est si grand que les banques alimentaires sont devenues les épiceries de certaines personnes et cela n’a jamais été censé fonctionner”, a-t-elle déclaré. “Le tableau d’ensemble … est que les familles ont du mal.”

Les familles de Brandon sont conscientes que le programme touche à sa fin, a déclaré McNish. On leur a également dit qu’ils pouvaient utiliser la banque alimentaire traditionnelle Samaritan House, bien qu’ils n’aient peut-être pas un accès constant à certains articles tels que le beurre d’arachide, les œufs, le yogourt et certains produits qu’ils recevaient chaque semaine dans le cadre du programme de nutrition pandémique.

“C’est déchirant, mais en même temps, j’ai compris dès le début que ce n’était pas un programme continu”, a-t-elle déclaré, ajoutant que d’autres donateurs et partenaires continuaient de soutenir Samaritan House.

“Problème systémique profond”

McKenzie a déclaré que la province a été un excellent partenaire du centre Ma Mawi Wi Chi Itata grâce à ce programme et l’a étendu auparavant.

Marion McKenzie est directrice des opérations du Ma Mawi Wi Chi Itata Centre à Winnipeg. (Radio-Canada)

Mais elle a suggéré que le centre Ma Mawi Wi Chi Itata devra compter sur ses partenaires communautaires pour obtenir une aide supplémentaire pour faire face à des problèmes tels que l’insécurité alimentaire dans un contexte de hausse des coûts de l’inflation en l’absence du programme.

“Ce sera difficile à gérer pour les familles, mais nous n’allons pas partir, nous allons continuer à nous connecter avec ces familles et voir comment nous pouvons les aider”, a déclaré McKenzie.

“Il s’agit d’un problème systémique profond – pas seulement dans notre communauté de Winnipeg, mais dans notre province et dans tout le pays.”

Leave a Comment