Alors que les programmes d’exemption des frais de scolarité se multiplient, l’étude recherche l’efficacité – Dal Information

Une équipe de chercheurs du Canada atlantique examine l’impact des programmes d’exemption des frais de scolarité pour les jeunes qui ont passé du temps en famille d’accueil.

Le projet, dirigé par des chercheurs de l’Université Dalhousie et de l’Université Mount Saint Vincent, qui offrent les exemptions, sera basé sur des entrevues avec des participants actuels et passés aux programmes d’exemption des frais de scolarité des universités et des collèges du Canada atlantique. On demandera aux gens quels éléments des programmes sont efficaces et lesquels peuvent être améliorés.

« Parler aux personnes qui ont été dispensées de frais de scolarité est essentiel car elles peuvent nous dire ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. L’évaluation des programmes d’exemption des frais de scolarité au fur et à mesure que nous progressons aidera toutes les organisations partenaires à améliorer la conception et la prestation des programmes », a déclaré la co-chercheuse Margaret Robinson, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la réconciliation, le genre et l’identité et professeure adjointe aux départements d’anglais et de sociologie et social de Dal’s. Anthropologie.

L’équipe a reçu des fonds de Research Nova Scotia pour soutenir une évaluation collaborative des programmes d’exemption des frais de scolarité. Toute personne qui a reçu une dispense dans un établissement du Canada atlantique et qui souhaite participer est encouragée à contacter Jasmine Tang.

Lecture connexe : Dal lance un nouveau programme d’exemption des frais de scolarité pour les anciens jeunes pris en charge

Vers l’équité d’accès

Il y a un intérêt national croissant à comprendre comment les interventions, telles que les programmes de gratuité des frais de scolarité, peuvent réduire les obstacles structurels rencontrés par les anciens jeunes pris en charge pour accéder à l’éducation postsecondaire.

Davantage d’établissements offrent ces programmes à travers le Canada, mais il existe peu de données sur la façon dont les dispenses de frais de scolarité en Nouvelle-Écosse affectent les bénéficiaires. Ce projet impliquera des partenaires de divers établissements postsecondaires de l’Atlantique, des ministères et des organismes communautaires de toutes les provinces de l’Atlantique.

“Je suis ravi de participer au projet Tuition Waiver”, déclare le Dr. Robinson. « Les jeunes autochtones sont surreprésentés dans les soins, tout comme les jeunes issus de minorités sexuelles et de genre. Ces groupes surmontent de nombreux obstacles pour faire de leurs rêves éducatifs une réalité. Les exemptions de frais de scolarité sont un moyen pour nous d’aller vers l’équité dans l’accès à l’éducation.

Dalhousie a lancé son programme l’année dernière et a offert des dérogations à 10 anciens jeunes pris en charge pour des études de premier cycle à l’université, leur permettant d’aller à l’école gratuitement.

Le programme fournit également un soutien institutionnel personnalisé, tel que des conseils et des conseils, dans le cadre d’une approche holistique visant à minimiser les obstacles systémiques qui affectent de manière disproportionnée les jeunes ayant des antécédents de soins.

“Les dispenses de frais de scolarité sont un bon début, mais les anciens jeunes peuvent également avoir besoin d’un autre soutien”, a déclaré le Dr. Robinson.

Identifier les améliorations possibles

On estime qu’il y a plus de 50 000 enfants dans des foyers d’accueil au Canada, dont beaucoup subissent de multiples formes de désavantages en raison de la pauvreté, du racisme, du sexisme et de l’héritage du colonialisme.

« Cette recherche offre une occasion unique de déterminer comment les programmes d’exemption des frais de scolarité dans la région de l’Atlantique répondent aux besoins des bénéficiaires », a déclaré le Dr. Jacquie Gahagan, vice-présidente associée à la recherche à l’Université Mount Saint Vincent.

« Il s’agit d’une occasion d’identifier les améliorations potentielles du programme pour mieux surmonter les obstacles à l’éducation postsecondaire chez les anciens jeunes pris en charge.

Il n’y a pas de limite d’âge pour le programme et les candidats doivent avoir passé au moins un an en soins pour être éligibles. Les personnes qui obtiennent une place dans le programme peuvent poursuivre un programme menant à un certificat, un diplôme ou un grade.

Pour en savoir plus sur l’exonération des frais de scolarité de Dalhousie ou si vous souhaitez postuler, veuillez contacter Kristen Sutherland, registraire associée et directrice du recrutement des étudiants et des admissions au premier cycle, à kristen.sutherland@dal.ca

Leave a Comment