Que pourrions-nous faire avec de plus gros tubes de données ? Singapour teste un chantier de building 5G

Les drones et les robots peuvent collecter automatiquement de grandes quantités de données, mais leur utilité est limitée par la lenteur de la transmission des données 4G (Diana Măceşanu/Unsplash)

Les robots et les drones équipés de scanners sont souvent considérés comme une amélioration de la productivité pour la construction, permettant aux équipes de surveiller l’activité et de mesurer automatiquement les progrès sans nécessiter la présence physique d’arpenteurs et de superviseurs.

Mais son utilité est limitée par la capacité de transport de données des réseaux de télécommunications sans fil actuels, les « tubes » par lesquels transitent les données.

Les robots et les drones peuvent collecter des gigaoctets de données par seconde, mais il faut beaucoup de temps pour envoyer cette quantité de données par ondes radio sur les réseaux actuels de quatrième génération (4G), ce qui signifie une interaction en temps réel entre le modèle BIM, par exemple. , et les nouvelles données qui arrivent sont difficiles.

La norme émergente de cinquième génération (5G) pour les réseaux cellulaires à large bande pourrait changer cela car leurs «tuyaux» sont exponentiellement plus grands.

Les affirmations varient, mais selon Verizon, la 4G fournit des données à un débit de 100 mégaoctets par seconde, tandis que la 5G peut fournir des données à un débit de 20 gigaoctets par seconde, soit une augmentation de près de 20 000 %, ce qui signifie que la transmission en temps réel de de grandes quantités de données deviennent possibles.

Je ne dirais pas que c’est le Saint Graal, mais c’est assez proche

Michael O’Connell, directeur général de Gammon

Ce que cela pourrait signifier pour la construction est actuellement testé à Singapour dans le cadre d’un projet pilote mené par Gammon Pte Ltd, la filiale singapourienne de Gammon Construction, basée à Hong Kong, l’opérateur de téléphonie mobile Singtel et la Building Construction Authority, une agence du gouvernement de Singapour.

Le test se déroule sur l’île de Sentosa, où Singtel a déployé un réseau 5G autonome pour le site de Gammon fonctionnant dans la bande de spectre 3500 MHz. Soutenu par Govtech Singapore, le projet devrait durer jusqu’à la fin de 2022.

La GSMA, une organisation mondiale représentant les opérateurs de réseaux mobiles, a préparé une étude de cas test pour montrer le potentiel de la 5G combinée à l’informatique mobile et à la collecte de données pour augmenter la productivité de la construction.

Selon lui, Gammon espère augmenter sa productivité jusqu’à 40 % en utilisant des robots, des drones et d’autres technologies de quatre manières. Dans le premier, les robots connectés 5G de Boston Dynamics suivent la progression de la structure en cours de construction. Les robots utilisent des scanners laser 3D pour mettre à jour un modèle d’informations sur le bâtiment (BIM) qui réside dans le cloud.

Deuxièmement, le réseau 5G est utilisé pour se connecter à une station de vidéosurveillance mobile sans fil qui se déplace sur le site pour diffuser la vidéo en direct vers le centre de commande de Gammon, où l’analyse vidéo développée par Gammon peut détecter les dangers ou les violations du protocole de sécurité. Ce système identifie si un travailleur porte un casque ou pénètre dans une zone réglementée, par exemple. Gammon parie que cela pourrait réduire le nombre de superviseurs nécessaires sur chaque projet.

La troisième utilisation concerne les drones équipés d’un module Quectel RM5000-Gl qui peut inspecter des parties de la structure inaccessibles sans échafaudages ni collecteurs de cerises, ce qui rationaliserait le processus d’inspection et réduirait les coûts. Cela ouvre également la possibilité que les futures inspections des autorités soient effectuées à distance.

Enfin, Gammon utilise des casques 5G et de réalité augmentée (AR) pour permettre aux travailleurs et aux superviseurs sur site de voir comment la méthodologie de construction prévue se déroulera autour d’eux afin qu’ils puissent détecter les problèmes avant le début des travaux. “Vous commencez à voir des risques potentiels que vous n’auriez pas vus si vous regardiez simplement un modèle 3D ou des photos étape par étape”, a déclaré Michael O’Connell, directeur général de Gammon, à la GSMA.

La grande capacité du réseau 5G permet aux données de scan 3D collectées par les robots d’être traitées en direct tout en restant sur place. “C’est quelque chose que nous n’avons jamais réalisé auparavant”, a déclaré O’Connell. “Je ne dirais pas que c’est le Saint Graal, mais c’est assez proche.”

Il a ajouté : « Si j’ai 50 à 60 points d’analyse que je veux faire en une journée, j’enverrais deux personnes qualifiées sur le site pour faire cette analyse et cela prendrait probablement toute la journée et même alors je ne peux pas traiter n’importe quoi jusqu’à ce qu’ils le fassent. [with memory cards].”

La vidéosurveillance connectée à la 5G informe immédiatement le personnel de Gammon de tout risque opérationnel ou de sécurité. Michael O’Connell a déclaré qu’il ne pouvait pas encore quantifier les avantages de cela, mais il espérait que le système conduirait à une réduction significative des accidents.

“Le modèle 3D a tendance à dériver”

O’Connell a approuvé l’utilisation de la réalité augmentée pour visualiser la séquence de construction sur le site. “Le test que nous avons fait à Sentosa a été très, très réussi”, a-t-il déclaré. “Vous prenez essentiellement une équipe d’exploitation ou votre équipe de sécurité et vous passez par l’installation étape par étape sur site, un test numérique pour l’activité suivante. Nous allons donc certainement l’utiliser pour certaines des principales activités à risque de notre nouveau projet MRT (Mass Rapid Transit System).

Il a également déclaré que la 5G augmenterait l’utilité des modèles BIM. « Vous avez besoin de capacités 5G en raison de la taille des données que vous traitez actuellement avec certains des modèles BIM, ils sont si détaillés. Si vous souhaitez utiliser ces modèles pour vérifier ce que vous avez construit, vous aurez besoin de cette fonctionnalité 5G. Si je veux numériser quelque chose au laser et le superposer sur le modèle BIM, je peux obtenir une représentation très précise. Mais si vous n’avez pas de bande passante… le modèle 3D a tendance à se déformer.

Leave a Comment